Declaración del Consejo Consular (8 de abril de 2015) [fr]

A la demande de ses membres le président du conseil consulaire a convoqué ce dernier en réunion extraordinaire le mercredi 8 avril 2015 afin d’être informé sur les négociations actuellement en cours entre l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE) et la Société Française d’Enseignement (SFE) de Montevideo s’agissant de l’adoption d’une nouvelle convention qui permettra de maintenir dans l’avenir le dispositif de soutien de l’AEFE au Lycée Français « Jules Supervielle ».

Après avoir entendu les représentants de la Société Française d’Enseignement ainsi que les représentants des associations représentatives des français de l’Etranger;

Sur le rapport de l’Ambassadeur de France qui a exposé au conseil les enjeux de la conclusion de cette convention et présenté les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces huit derniers mois les négociations avec la SFE ;

Considérant qu’il est de l’intérêt essentiel de la communauté française en Uruguay de conserver un Lycée Français conventionné avec l’AEFE ;

Considérant que la nomination d’un directeur administratif et financier au lycée pour assurer la gestion de l’établissement dans le cadre des responsabilités partagées entre l’Etat français et la SFE , constitue une garantie de gestion et de gouvernance dans le cadre des règles fixées par l’AEFE ;

Considérant enfin qu’il est de l’intérêt de l’ensemble de la communauté scolaire (parents, enseignants, élèves et réseaux d’anciens élèves) française comme uruguayenne ou étrangère d’améliorer l’information et la participation de toutes les parties à la gestion de l’établissement à travers la SFE ;

Le conseil consulaire d’Uruguay déclare à l’unanimité soutenir le principe de la signature d’une convention entre la SFE et l’AEFE dans les conditions et selon le texte qui lui a été présenté.

Le conseil consulaire souhaite affirmer l’attachement de la communauté française d’Uruguay au Lycée Français « Jules Supervielle » et rappelle qu’il est dans l’intérêt des 27% d’enfants français scolarisés dans l’établissement que ce dernier maintienne son activité dans le cadre du réseau de l’AEFE et en respecte les règles établies par celle-ci au niveau des programmes pédagogiques et de l’enseignement du français.

Le conseil consulaire demande à la SFE d’engager des discussions avec l’ambassade de France et l’association des parents d’élèves ainsi que les représentants des enseignants afin que les statuts de l’association puissent être révisés pour permettre une meilleure représentativité de la communauté scolaire au sein des instances de direction de la SFE.

A cet égard les membres du conseil consulaire rappellent leur statut d’élus au suffrage universel. Ils demandent à pouvoir siéger à l’assemblée générale de la SFE en qualité de membre de droit. Ils demandent également à ce que le vice-président du conseil consulaire soit membre du comité exécutif de la SFE et qu’en son absence il puisse être représenté par le conseiller de son choix.

Thierry Laumi, Martin Biurrun, Régine Chouchanian,

Conseillers consulaires élus de la circonscription de l’Uruguay

publicado el 17/04/2015

arriba