Dîner de la Chambre de commerce française de Montevideo : Intervention de M. Edouard COURTIAL, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Français de l’étranger

Intervention de M. Edouard COURTIAL,
Secrétaire d’Etat auprès du Ministre d’Etat,
Ministre des Affaires étrangères et européennes,
chargé des Français de l’étranger

Dîner de la Chambre de commerce française de Montevideo
Montevideo, mercredi 30 novembre 2011

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Président de la Chambre de commerce
française de Montevideo,
Monsieur l’Ambassadeur,
Mesdames et Messieurs,

C’est avec beaucoup de plaisir que je m’exprime devant vous ce soir.

La première raison en est que la Chambre de commerce française de Montevideo est la toute première Chambre de commerce française à avoir été créée à l’étranger. C’était en 1882, soit seize ans avant celle de New York.

L’Uruguay, qui comptait alors une très importante population française immigrée, était déjà un partenaire commercial important de la France.

Aujourd’hui, le monde a beaucoup changé mais ces deux caractéristiques sont encore bien présentes.

Nombreux sont les Uruguayens qui comptent dans leurs ascendants des immigrants français.

Même si la nationalité et la langue se sont souvent perdues au fil du temps, il en reste une proximité culturelle et affective exceptionnelles.

Ajoutée à l’accueil chaleureux des Uruguayens et à la remarquable croissance économique de ces dernières années, cette proximité culturelle explique aussi la forte croissance de la communauté française en Uruguay.

En effet, le nombre de Français enregistrés en Consulat, qui a crû en peu de temps de 2 200 à près de 3 000, représente aujourd’hui près d’un millième de la population du pays.

Ces Français, bien qu’habitant à 11 000 kilomètres de la métropole, sont membres à part entière de notre communauté nationale, et je les encourage vivement à le montrer en votant massivement l’année prochaine.

Pour renforcer le lien entre les Français de l’étranger et la République, en concrétisation d’un engagement du Président de la République en 2007, 11 députés seront directement élus par les Français de l’étranger. Avec les sénateurs représentant les Français établis hors de France, ils veilleront à une meilleure prise en compte au Parlement des préoccupations de nos compatriotes expatriés.

En juin prochain, les Français d’Uruguay participeront à l’élection d’un ou d’une député(e) pour la circonscription d’Amérique latine.

Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs,

La deuxième raison pour laquelle je suis particulièrement heureux d’être à vos côtés ce soir, c’est que cela me donne l’occasion de saluer la prospérité économique de l’Uruguay : plus de 6% de croissance annuelle au cours des sept dernières années.

Croyez bien, Monsieur le Ministre, que ce chiffre fait rêver beaucoup de vos collègues d’autres régions du monde !

Les entreprises françaises sont bien implantées en Uruguay et font de la France l’un des tout premiers investisseurs européens en Uruguay. Cette présence est ancienne, et elle continue aujourd’hui à s’accroître : ACCOR rénove le prestigieux hôtel-casino de Carrasco, le laboratoire de santé animale VIRBAC s’est associé au laboratoire uruguayen de réputation internationale SANTA ELENA et l’équipementier automobile FAURECIA vient d’ouvrir une usine de production de couverture de sièges automobiles.

Au total, les entreprises françaises emploient près de 10.000 salariés. En matière culturelle et linguistique, notre coopération est également très riche, comme le reflètent l’activité du Lycée français de Montevideo et de nos Alliances françaises.
C’est aussi le cas dans le domaine scientifique, avec en particulier le remarquable succès de l’Institut Pasteur de Montevideo, seul Institut Pasteur en pays de langue
espagnole.

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,
Je puis vous assurer que cette coopération va se poursuivre et s’intensifier. C’est notre vœu.

C’est aussi le sens de ma présence parmi vous ce soir.

Vive l’amitié franco-uruguayenne,
vive l’Uruguay,
vive la République et vive la France !

Lire la version du discours en format pdf (122.3 ko)

Dernière modification : 12/08/2016

Haut de page